Si le diable avait un studio avec des synthés, il s’appellerait Murphy Cooper, tellement son dernier titre, Coreless et diaboliquement terrible ! Entre los Angeles et Berlin, les « vibes » doivent être bien puissantes ! On est fan, et on attend la suite …