On aime Cätcät et on adore la poésie. La schizophrénie du petit chat déverse une bassline bien puissante sur 120 bpm, avec en plus le leitmotiv verbal qui en fera sourire plus d’un !