Beau « lifting » du désormais célèbre Innerbloom de Rüfüs par l’Américain Lane 8. On ne perd rien de l’ambiance de l’original, ni de son coté hypnotique.